Mnémo

13 septembre 2004

Heureuse...

... qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la doulceur angevine.

L'expérience Canalblog s'arrête pour l'instant.
Mon blog "officiel" vient (enfin!!!) d'être réparé.
La suite a lieu ici: www.20six.fr/Mnemo 
Merci aux gentils messages/mails que j'ai reçu (je te réponds très bientôt Oriana, promis)
A bientôt qui sait...

Posté par mnemo à 17:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Ego-thérapie

En temps normal, un réveil au milieu de la nuit par une sonnerie de grenouille sous lsd conduit invariablement à plusieurs jurons: pour ma pomme (parce que choisir une sonnerie pareille c'est pas bien malin, et oublier d'éteindre son portable encore moins) comme pour le *pauvre* appelant.

Bon cette fois, à la lecture du message, j'ai eu l'impression de plonger dans un bain chaud tendance huiles essentielles, mousse et tout et tout, et je me suis remise au lit puis rendormie instantanément avec un grand sourire :

"Encore merci les filles pour hier soir, c'était génial! Je vous adore! Qu'est-ce-que je ferais sans vous?
Merci d'être toujours là même quand je m'y attends le moins. Bisous
"

Bon, mercredi j'ai pas intérêt à réoublier son cadeau, sinon je risque de passer du stade de super-copine à celui de copine honnie...

 

Posté par mnemo à 11:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 septembre 2004

Marcelle Bélivotte

Le 10 c'était l'anniv de Miss Namour (rabibochés donc ouf tout va bien) et nous, bonnes copines on a organisé un anniv suprpise le samedi.
Samedi donc, courses au supermarché et après-midi cuisine-patisseries: je sors 10 minutes pour fumer une clope et je manque de me faire violer par un chien, attiré par l'odeur de saucisse après ma session feuilletés apéritifs.
Tout est près, on charge la voiture et comme faire à manger ça file faim on fait un arrêt Milk Shake avant de se taper 3 autoroutes, un périphérique et 40 minutes de bouchons.
Arrivées pile poil, on retrouve les autres (on était sensées être les prems mais bon bouchons tout ça), on customise l'appart (du bon goût 1980 avec ballons sérigraphiés, déco au rouge à lèvres sur les miroirs ...) et on prépare tout.

Et là c'est le drame: on a oublié la carte et le cadeau.
On bricole un fond d'écran d'anniversaire en catastrophe mais difficile de se taper 60 bornes aller-retour. Les autres n'ont rien oublié, nous, on fait un "bon pour un cadeau surprise" avec son papier à lettres et ses stylos.

Arrivée de l'intéressée, surprise (malgré les boulettes téléphoniques rattrapées au dernier moment) et ravie.
Soirée ... arrosée (enfin il me semble) et réussie.
Couchés au lever du soleil et réveil plutôt difficile.

Joyeux anniversaire Darling

Posté par mnemo à 18:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 septembre 2004

La musiqueuuuuuuuuuh

La musique souvent me prend comme une mer!
Vers ma pâle étoile,
Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,
Je mets à la voile;

La poitrine en avant et les poumons gonflés
Comme de la toile
J'escalade le dos des flots amoncelés
Que la nuit me voile;

Je sens vibrer en moi toutes les passions
D'un vaisseau qui souffre;
Le bon vent, la tempête et ses convulsions

Sur l'immense gouffre
Me bercent. D'autres fois, calme plat, grand miroir
De mon désespoir!
Baudelaire

Paradoxal.
De rencontrer quelqu'un qui me connaît si bien.
Un commentaire, puis deux, quatre, huit, un premier mail, suivi d'un deuxième, suivi de beaucoup d'autres, environ 300 mails en deux petits mois .
Un océan nous sépare mais on a le même humour à deux balles.
De passage en France tout s'accélère: msn, sms, premier contact téléphonique alors que je suis au bord du jettage-sous-rer-avec-élan après avoir (bêtement) effacé mon rapport.
Qu'est-ce que j'ai pu le saouler avec ça le pauvre!! Et lui toujours gentil qui m'a même repris mon résumé !
Passage express à Paris, je m'arrange pour être dispo, même après deux nuits quasi-blanches et un lit au  sex-appeal de tous les diables.
Un volasi en retard, sortie du boulot entailleurée, je découvre mon courseur d'écureuils préféré.
Impossible d'être "déçue" (je n'ai appris son prénom que la veille et ne sais pas à quoi il ressemble) par ces yeux, ce sourire, avec les fossettes qui vont avec,et tout tout le reste (il n'est pas que super drole).
La preuve, 4h c'est court.
Beaucoup trop court.
A l'année prochaine ?

Posté par mnemo à 21:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Quizz

Es-tu un choupi-fan ??

(désolée, je ne pouvais garder pour moi cette fabuleuse découverte)

Posté par mnemo à 17:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Youhouu

"La persévérance ça paie"

Même si ce n'est qu'un tout petit entretien, ça ne peut que mettre de bonne humeur de recevoir un coup de fil ce matin pour un cv envoyé vendredi soir.

Maintenant, à moi la réunion interminable avec ma présentation à l'arrach (faite ce maitn avec les yeux pas encore ouverts entre 9h15 et 9h45) !!!
Youhouuuu !!! 

Posté par mnemo à 09:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 septembre 2004

Rapport Awards

Dans le désordre, merci:

  • à Yahoo d'avoir supporté sans broncher mes nombreux bouts de rapports et zip de 4 mégas pièce
  • à Papa d'être venu me réveiller mardi matin avec un bisou et d'avoir insisté sans s'énerver alors que j'étais d'une humeur massacrante (doux euphémisme)
  • à l'imprimante couleur qui était en marche aujourd'hui
  • à mes informaticiens qui m'ont bien briefé et ont quasiment fait une partie du rapport
  • à la secrétaire du département qui a mis le colis en Chronopost pour être sure que tout arrive à l'heure
  • à mes contacts msn qui m'ont soutenu/ détendu/ laissée tranquille quand il fallait/ voire même refait mon english summary ( mais bon je paierai mes dettes en liquide)
  • au Coca, light et citron si je veux d'abord, sinon c'etait la cartouche de clopes
  • à mes petits doigts qui ont retapé ce foutu rapport en un peu plus d'une nuit "seulement", complètement en rythme avec James Brown et autres merveilles du panthéon musical
  • à mes yeux qui sont toujours ouverts

 

Ah oui, deuxième round: le 20 septembre, c'est la soutenance et de façon quasi-certaine je serais seule (mon tuteur est au Japon) devant la meute. Je crains le pire (portable volé pendnat le Paris-Lyon avec ma présentation dedans, suicide sur la ligne du tgv...)
Quand ça veut pas...

PS: j'ai plein de mails de retard, je ferais ça... euh... très bientôt

Posté par mnemo à 17:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

7h45

J'adore les crépuscules, surtout à la campagne, quand le soleil disparait derrière la colline et que tout s'embrase de rose.
Je viens de découvrir que 7h45 est aussi une heure magique: le soleil qui s'affirme, le ciel dans des tons de mauve... combiné aux roulements du train, et à la perspective du travail bientôt enfin accompli difficile de ne pas être de bonne humeur.

Ouais enfin bon, à cette heure là d'habitude j'ouvre mes volets et je profite aussi de ce moment c'est vraiment super nul d'être ua boulot à l'heure où on se lève d'habitude. Surtout quand je suis tranquille en train de mener mes petites affaires et que Quenotte viens me taper la causette et mon rapport avec un "je suis sur que je pourrais m'inspirer pour le mien" Et la politesse bordel? Et la syntaxe connard!!

Le monstre est fini, imprimé en couleur et relié en double exemplaire.
79 pages de graphes, captures d'écran, formules et mots compliqués.
Mon tuteur le feuillette et zou à la poste !

 

Posté par mnemo à 09:57 - Commentaires [5] - Permalien [#]

06 septembre 2004

Greffez-moi un cerveau

Jamais, plus jamais je ne me moquerai et je n'aurai plus jamais JAMAIS des pensées négatives voire péjoratives pour autrui.
Promis, les nuques longues, les coiffeuses, les esthéticiennes, les mecs qui mettent des chaussettes blanches, ceux qui embrassent mal, celles qui portent des strings noirs sous des pantalons blancs ou des strings au niveau des côtes, ceux qui méprisent l'orthographe, ceux qui refusent d'apprendre à lire et à écrire autrement qu'en sms, les petits cons qui disent "j'aime pas" sans avoir essayé, les bars branchouilles et leurs serveuses désagréables où le prix des consos monte toutes les heures, les voisins du métro en grève de déodorant, les vieilles qui parlent à leur kiki, ceux qui téléphonent dans le rer, les techniciens de 20six qui n'ont toujours pas décidé de faire qqchose pour mon blog, les larves vivantes, mon stagiaire Quenotte, ma grand-mère, les talibans, les gens de la poste, Indochine JE VOUS AIME.
Je vous respecte et je me prosterne.

C'est très simple, je ne vaux pas mieux , je ne vaux rien même.
Je suis une nullité, la reine de la loose, l'impératrice de la boulette.
J'ai un QI de poisson rouge: bosser sur une archive zip à 9h et être persuadée à 19h00 d'être sur une copie bureau ça ne pardonne pas.
J'ai effacé l'archive, j'ai perdu mon rapport fini.
L'équivalent de 9h de boulot non-stop disparu dans les limbes de mon ordinateur.
Impossible de récupérer quoi que ce soit.
En temps normal ça m'aurait juste fait chier.
Faut que je le poste demain avant midi et je suis en réunion toute la matinée.

Paie ta nuit blanche et ton arrivée au boulot à 8h.
Quelle conne
Quelle conne
Quelle conne
...
Quelle conne

Posté par mnemo à 21:26 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

Mimi Cracra: point de croix et prix Nobel de la paix

Association tout aussi improbable que Bernadette chirac: mode et solidarité

J'ai rien contre les thérapies alternatives, mais celle-ci me laisse songeuse : "retrouver le moral en pouvant se changer autant de fois qu'ils veulent grâce à des marques qu'ils aiment" quand on est anorexique et qu'à priori on est en guerre avec son propre corps je trouve ça bizarre.

Bon, pendant ce temps-là elle ne fait pas des courses de bouche pour l'Elysée (à plus de 6000 francs par jour pour 3 personnes  quand même à l'époque de la mairie de Paris) et elle ne pille pas les musées nationnaux à la recherche d'une tapisserie d'époque pour mettre dans sa salle à manger.
Et puis, avec un peu de chance elle trouvera quelque chose à se mettre de plus seyant que ce que l'on voit d'habitude.

D'ailleurs il doit y avoir une censure bernadettienne à ce sujet, impossible de mettre la main sur l'affreuse robe qu'elle portait au bal de l'Elysée qui faisait très Reine Bernadette ou sur l'affreuse robe orange très annéee 60 avec le chapeau startrekien.
Et pourtant j'ai cherché.

Oui maman, je retourne travailler. Pffff

 

Posté par mnemo à 15:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]